Mandico et les prédatrices de la nuit

Publié le 2 August 2018

 

Pour son film-annonce de l’édition 2018, le FIFIB – Festival International du Film Indépendant de Bordeaux – fait appel à Bertrand Mandico, réalisateur des Garçons Sauvages, de l’imminent Ultra Pulpe (sortie le 15 aout) et de plusieurs court-métrages réunis au sein du très beau coffret Mandico in the Box.

En guise de film-annonce il livre alors A Rebours , un court-métrage dément et viscéralement fétichiste de 2 minutes qui pourrait synthétiser voire justifier à lui seul l’existence de ce site.

Dans A Rebours, en 120 secondes (117 pour être précis), plusieurs mondes s’entrechoquent : Porno US 80’/90’s, esthétique gay cuir-fumée façon Anger/Friedkin, horreurs et fantômes japonais, Giallo, Western…
Et pendant ces deux brèves et fascinantes minutes, nous assistons à la mise à mort d’un homme –  en lecture inversée (à rebours, donc) – dans une joute motorisée sans pitié, orchestrée par trois motardes implacables, “Les Furies”, démones punitives impératrices des nuits urbaines.
A moins… qu’elles ne lui rendent la vie ?

Plusieurs mondes donc, mais qui n’en forme plus qu’un : A Rebours, véritable poème visuel et sonore fait de cuir, d’acier, de sang et d’amour.

 

 

 

A Rebours, un film de Bertrand Mandico
Avec : Jonathan Genet, Pauline Jacquard, Pauline Lorillard, Lalla Morte
Musique de Pierre Desprats
Montage de  Laure Saint Marc
Lumières de Sylvain Verdet
Costumes de Pauline Jacquard
Décors de Gabrielle Desjean
Maquillage de Bénédicte Trouvé
Mixage de Simon Apostolou
Etalonnage de Marie Gascoin
ECCE FILMS, 2018

 

 

Go back